sexe pendant les vacances

Je ne vais tout de même pas revenir de cet endroit merveilleux en portant des marques de bronzages. Donc, pour profiter pleinement de ce lieu je n’ai pris que des strings et des petits soutifs pour aller sur la plage. Comme tu le vois, je ne dis pas de mensonge.
D’ailleurs c’est celui qui a pris la photo qui m’a fait passer un long moment de plaisir pendant les vacances.

Donc, revenons à ce récit. Ce jour là, au début des vacances, un des mecs me charme plus que les autres, je rentre dans son jeu et nous décidons de nous retrouver sur la plage privée.

Quasiment personne, quel pied, le paradis sur terre. Une eau chaude, des bains de soleil, peu de vent, et du soleil à gogo. En plus le bar n’est pas bien loin. Que demander de plus pour passer de bonnes vacances, et en plus en charmante compagnie. Nous commençons à discuter, un peu gêner l’un l’autre, mais sans plus, disons que nous ne nous connaissons pas encore assez pour parler de tout. Nous brisons fortement la glace après un premier cocktail alors qu’il n’est que 15 heures de l’après midi. Ensuite direction l’eau pour se refroidir. Les vagues le pousse petit à petit plus prés de moi, j’observe son manège, amusée, mais pas naïve. Il parvient jusque moi en me frôlant de plus en plus comme un requin. Une vague un peu plus forte que les autres l’a complètement projeté sur moi, c’est à ce moment que j’ai senti sa bosse. Un bon coup dans mes fesses, c’est forcément sa queue, ça ne peut pas être son genou.
Nullement gêné, il reste le long de mes fesses sans même bouger. Ses jambes m’enserrent les hanches et il vient me déposer des baisers dans le cou. Je ne suis pas farouche, il sait bien qu’il me plait, et apparemment je lui fais beaucoup d’effet. Je me retourne vers lui et lui offre mes seins sous le nez. Ses baisers se font de plus en plus bons dans mon cou jusqu’à ce qu’il vienne me rouler une pelle. Un bon baiser bien long, jamais on ne m’avait embrassé comme cela. Ses jambes toujours autour de mon bassin, c’est moi qui le porte, ce qui me permet de sentir son membre tout tendu comme une antenne taper dans mon ventre. Les jambes écartées comme cela, il est pourtant en position défavorable pour donner toute sa taille. Il me lâche enfin la bouche et je lui en fais part.

-dis donc, ta verge me cogne dans le ventre ! C’est un monument que tu as là !
-et encore tu n’as rien vu ! me dit-il non peu fier de lui, toujours accroché à mon bassin.

Je me décide à libérer la bête pour y voir plus clair. Dans cette eau translucide je peux largement admirer ce qu’il me déballe, et je dois dire que je me la serais bien mise en bouche de suite. Ce coquin en a décidé autrement. Me relevant la tête, il m’embrasse encore plus sauvagement. C’est dingue comme il embrasse bien. Il se serre encore plus fort et me perfore le ventre avec son engin. Il déballe un de mes seins et commence à jouer avec le bout.
Je le recul d’un geste pour reprendre mes esprits.

-tu ne vas pas me prendre là, en plein milieu de la mer !
-non, mais je vais jouer tout de même !

Cette fois, il me porte en glissant ses deux jambes entre les miennes. Pourquoi je me laisse faire ? Il m’embrasse de nouveau, je succombe. Sa main écarte la ficelle de mon string et il commence à passer son gros gland puissant le long de mon bouton d’amour. Je ne demande que cela maintenant.

-Prend moi de suite !
-Non !

Il passe et repasse sur mon bouton, à chaque fois que je sens son gland sur mon ouverture j’avance mon bassin, mais rien n’y fait, il recule à chaque fois et me laisse sur ma faim. Il joue avec moi depuis un bon moment maintenant. Je n’en peux plus, je le veux en moi. A ce moment, il se retire en me repoussant.

-si tu me veux en toi, il faut déjà que tu fasses quelques choses pour moi.
-et que veux tu que je fasse ?
-on va sortir de l’eau, tu vas retirer me donner ton string et ton soutif avant de sortir de l’eau, ensuite tu iras te mettre sur le bain de soleil, que tout le monde te vois toute nue et divinement bandante. J’arriverais juste après toi pour t’embrasser et montrer que tu m’appartiens.
-OK ! Lui dis-je. Mais tu me promets de me prendre comme il faut.

Je suis si chaude au fond de moi que je suis prête à tout pour le sentir se glisser en moi et faire de moi sa chienne pour une baise. Je lui pose mon string sur la main et lui met mon soutif sur les yeux, sans manquer de lui caresser la queue. Je me dirige vers mon bain de soleil, je peux déjà sentir mes tétons à l’air libre, en dehors de l’eau. A peine mon ventre sort de l’eau que déjà le serveur s’est arrêté de travailler et me mate, les autres personnes sur la plage, peu nombreuses certes sont figées elles aussi et me matent entrain de sortir de l’eau toute nue.
J’arrive à mon bain de soleil et comme convenu je me mets sur le dos. Quelques secondes plus tard mon mec est auprès de moi et m’embrasse comme il s’est si bien le faire. Je fonds littéralement sous ses baisers. Sa main parcoure un de mes seins pour descendre dur mon ventre et commencer à se rapprocher de ma minette au bord de l’explosion. C’est à ce moment là qu’il a craqué lui aussi et qu’il m’a vite entrainé dans la chambre.
A peine arrivés dans la chambre qu’il jette son short pour me montrer enfin son engin. Quel engin, je n’en ai jamais vu d’aussi épais et long. Quel phénomène. En quelques secondes, je suis à ses genoux entrain de me remplir la bouche du mieux que je peux. Cette bonne friandise, toute chaude, toute raide, et je l’espère bien juteuse. Elle est si bonne si longue. Grandiose.
Il me porte jusqu’au lit et dans un mélange bien orchestré nous nous retrouvons l’un sur l’autre, l’un sous l’autre à se remplir la bouche avec le sexe de l’autre. Sa langue est aussi agile sur mon con que dans ma bouche. Je fais tout ce que je peux pour engloutir son monstre, mais il est bien trop long. Ce coquin me procure déjà un orgasme, et on n’en est qu’aux préliminaires.
Après, il me prend enfin. Il entre en moi comme dans un moulin, mais je sens bien qu’il est déjà dans le fond de mon vagin alors qu’il n’est pas le long de moi. Ses coups de reins se fond de plus en plus soutenus, de plus en plus profonds. Au lieu de me faire mal, j’ai l’impression que mon intimité s’adapte et s’agrandit pour le recevoir en son sein. Que c’est bon, continue de me prendre, ne t’occupes pas de moi. Il se cambre, je lui griffe le dos. Et il s’arrête !

-Quoi ! Pourquoi t’arrêtes-tu ?

A peine le temps de finir la phrase que je me retrouve déjà la tête dans l’oreiller, les fesses en l’air. Non, pas ça. Et si, il me prend maintenant par la petite porte, l’issue de secours. Première fois de ma vie que quelqu’un emprunte cet accès, et vu la taille de la bête, je risque fort d’avoir du mal à marcher.
Quenini, il glisse en moi tout seul, comme un grand, comme si mes petites fesses et surtout ma petite rondelle l’attendait depuis toujours. Je m’agrippe à l’oreiller et pousse violemment sur mes reins pour me rapprocher de lui, qu’il me prenne fort et encore plus fort. Il se cambre une grande fois et me remplis de sa semence toute chaude. Je la sens se répandre en mon fondement. Plaisir ultime, plaisir nouveau, mais quel plaisir bien bon. Je mets de longues, bien longues minutes à retrouver mes esprits alors qu’il est complètement effondré sur moi, la tête sur un de mes seins. Nous restons comme cela quelques temps puis nous sortons. Nous avons passé le reste des vacances à faire des jeux tout aussi coquins et bien plus encore.
Voulez vous que je vous en raconte ?

sexe pendant les vacances